burgerburgerchevron leftchevron leftchevron rightchevron rightellipsesellipsespro logopro logopro logopro logologologonavigation primary cartnavigation primary cartnavigation primary cart fullnavigation primary cart fullnavigation primary hamburgernavigation primary hamburgernavigation primary searchnavigation primary searchnavigation primary xnavigation primary xLoading ...Patagonia Loading Iconplayplaysearchsearchshopping bagshopping bagshopping bag filledshopping bag filledxx

Perdant du terrain face au changement climatique, cette communauté en Alaska se résout à se sauver elle-même.

2022 / 97 Min

Newtok, en Alaska, va disparaître sous les eaux. Construit sur un delta au bord de la mer de Béring, ce minuscule village Yup’ik subit la fonte du permafrost, l’érosion du fleuve et la décrépitude des infrastructures depuis des décennies. Confrontés à un gouvernement fédéral qui a échoué à prendre des mesures appropriées pour lutter contre le changement climatique, les 360 résidents Yup’ik doivent déplacer l’ensemble de leur village vers des terres plus stables en amont de la rivière pour préserver leur culture et leur communauté. En déplaçant leur village, ils deviendront les premiers réfugiés climatiques américains du XXIe siècle. C’est un film sur un village en quête de justice face à une catastrophe climatique.

L'équipe du film

Michael Kirby Smith & Andrew Burton
Marie Meade
Un mot des réalisateurs sur la capacité d'agir

Cette histoire a été menée par les habitants de Newtok

Nous avons décidé de raconter l'histoire de Newtok parce que nous pensions que c'était l'une des histoires les plus importantes et les moins racontées de celles qui se déroulent en Amérique. En tant que journalistes et cinéastes non-indigènes travaillant dans une communauté autochtone, nous sommes parfaitement conscients de notre position d'outsiders et du lourd passif de journalistes occidentaux racontant mal l'histoire des Natifs. La communauté n'avait pas besoin que cette histoire soit racontée pour relocaliser son village, mais pour que le reste de l'Amérique puisse l'entendre. Les migrations climatiques massives sont à notre porte, que nous en sentions les effets ou non. Pour tenter de faire le meilleur travail possible, nous nous sommes plongés dans l'histoire et les problèmes de Newtok en interrogeant des dizaines de scientifiques, historiens, anthropologues, philosophes et aînés, et en passant plus de 300 jours dans le village. La productrice du film, Marie Meade, chercheuse et aînée Yup’ik ayant ses racines ancestrales à Newtok, a joué un rôle essentiel dans le processus de réalisation, en réalisant tous les entretiens et les traductions en Yup'ik, et en supervisant l'exactitude culturelle. Contrairement à nous, elle savait quelles questions poser. De plus, nous avons réuni un comité éditorial et consultatif majoritairement féminin et majoritairement indigène constitué d'universitaires, d'historiens, de philosophes et de villageois pour revoir les rushs du film et couvrir les angles morts qui existaient inévitablement dans notre perspective. Enfin, ce film est une collaboration avec le village, et nous avons essayé d'inclure la communauté à chaque étape du processus de réalisation. Le documentaire final intègre de la musique, des vidéos personnelles, de la poésie, du théâtre et de la danse Yup'ik, dans la langue d'origine. Notre objectif était que la population de Newtok mène l'histoire.

Recherches fréquentes