AJOUTÉ AU PANIER

Pour des raisons techniques, votre demande n'a pas pu être correctement traitée. Nous vous prions de nous excuser pour ce désagrément.
Members of the Fair Trade Committee at Pratibha Syntex Ltd., Pithampur, Madhya Pradesh, India. THEODORE KAYE

Qu’est-ce qu’un salaire vital par rapport à un salaire minimum ?

Patagonia surveille de près les salaires versés dans l’ensemble de ses usines partenaires. Cela nous permet de garantir que les ouvriers qui fabriquent nos vêtements gagnent au moins un salaire minimum là où ils travaillent. Cependant, dans la plupart des cas, nous ne savons pas si ces salaires sont suffisants pour garantir un niveau de vie décent.

Pour simplifier, un salaire vital est un salaire décent, qui couvre les besoins de base pour vivre : nourriture, eau, logement, santé, éducation, habillement, transport et garde d’enfant.

Mais il n’existe pas de moyen universel de calculer ce salaire vital. Certaines organisations le calculent sur la base d’une famille de quatre personnes, avec un adulte qui travaille ; d’autres fondent leurs calculs sur une famille de cinq personnes, avec deux adultes qui travaillent.

Depuis des années, différents gouvernements, entreprises et groupes de la société civile s’emploient à faire prendre conscience de la question des salaires inéquitables, à réglementer les conditions et les horaires de travail, à augmenter les salaires minimums, à renforcer l’autonomie des travailleurs et à trouver des stratégies viables pour sortir de la pauvreté extrême des travailleurs du monde entier.

Selon l’article 23 de la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies « quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine... »

Mais même le strict minimum nécessaire à la survie n’est pas toujours garanti pour les ouvriers du textile. L’industrie textile, à la recherche de main-d’œuvre bon marché, est souvent l’une des premières à délocaliser sa production dans des pays en développement, où des individus et des communautés fragiles constituent d’excellentes proies à exploiter. Depuis quelques années, les ouvriers de pays en développement subissent une pression de plus en plus forte pour accroître leur production et travailler encore plus vite – avec parfois des conséquences dramatiques – afin d’essayer de satisfaire l’insatiable appétit des acheteurs, majoritairement issus de pays développés. Ce phénomène entraîne des situations abusives, où les travailleurs les plus vulnérables de la chaîne d’approvisionnement doivent assumer une charge de travail écrasante, pour des salaires médiocres et inéquitables. Le niveau est si inhumainement bas que l’objectif d’un salaire vital pour les ouvriers du textile est désormais extrêmement ambitieux.

Comme il n’existe pas d’estimations fiables et cohérentes sur les salaires vitaux dans la plupart des pays où nous sommes installés, nous ne savons toujours pas exactement quels objectifs de salaires fixer. Nous savons néanmoins que la majorité des travailleurs de notre chaîne d’approvisionnement ne gagnent actuellement pas un salaire vital.

Les meilleurs outils à notre disposition
Patagonia s’engage pour améliorer la vie des personnes qui fabriquent ses produits. Pour relever les défis liés à l’établissement de référentiels fiables en matière de salaire vital, nous avons entamé une collaboration avec Fair Trade USA et, en tant que membre de la Fair Labor Association (FLA), participons également à un programme complexe de grande envergure sur les salaires équitables.

Depuis 2014, Fair Trade USA, une organisation américaine à but non lucratif, nous aide à collaborer directement avec nos usines de confection pour assurer un revenu plus élevé à ceux qui travaillent en notre nom. Fair Trade USA a mis au point une méthode unique pour renforcer l’autonomie des ouvriers, en faisant payer à des entreprises comme Patagonia un coût supplémentaire pour chaque article acheté. Cet argent est crédité sur un compte détenu par les employés et ils peuvent décider de l’utiliser pour verser des bonus en espèces à tous les ouvriers de l’usine ou pour financer un projet qu’ils ont choisi et qui profite à tous.

En automne 2015, Patagonia a travaillé avec six usines afin de produire 191 modèles utilisant une confection Fair Trade Certified™, soit une augmentation significative par rapport aux 10 modèles Fair Trade que nous avions dans notre collection seulement un an auparavant. Nous sommes fiers de nos progrès.

L’implication de Fair Trade dans nos usines a généré des avantages inattendus. En 2014, les ouvriers de l’une de nos usines indiennes ont non seulement touché un revenu supplémentaire en primes Fair Trade, mais ils ont également gagné un nouveau moyen de communication avec l’équipe de direction. Apprenant que les employés avaient voté pour utiliser leurs fonds Fair Trade pour construire une cuisine propre et sûre, les responsables de l’usine ont décidé de financer cette nouvelle cuisine. Grâce au dialogue initié par Fair Trade, les responsables de l’usine ont pu mieux comprendre les besoins de leurs employés : les ouvriers bénéficient désormais d’un espace sûr pour cuisiner et ont pu utiliser une partie de leurs fonds Fair Trade pour acheter des vestes de pluie pour la mousson.

Parallèlement à Fair Trade, nous essayons également de répondre à la question des salaires vitaux en notre qualité de membre de la Fair Labor Association. La FLA collecte actuellement des données sur les salaires dans le monde entier et publiera des graphiques indiquant les seuils de pauvreté, les salaires minimums et les salaires vitaux par rapport aux rémunérations des usines. Nous utiliserons ces graphiques pour mesurer l’écart entre ce que nous payons et ce qui est considéré comme un salaire vital. D’ici décembre 2017, nous aurons établi nos référentiels de salaires avec la FLA et planifié l’augmentation des salaires au sein de notre chaîne d’approvisionnement de produits finis.

Notre opinion
Nous sommes frustrés de ne pas pouvoir évaluer de salaire vital dans les usines où nous fabriquons nos produits. Et même si nous y parvenons, un salaire vital est seulement le strict minimum nécessaire pour que les travailleurs et leurs familles puissent survivre, et non s’épanouir.

Nous espérons que le programme FLA et les référentiels de salaires contribueront à résoudre ce problème qui paralyse l’industrie. Les référentiels de salaires donneront également aux marques membres un objectif et leur permettront de publier leurs progrès.

Essayer de déterminer ce que nos clients sont prêts à payer pour leurs vêtements est une lutte quotidienne. Pour continuer d’exister, nous devons proposer des prix de vente cohérents avec le marché, nous ne pouvons donc pas augmenter les salaires de manière universelle dans toutes les usines où nous travaillons. En même temps, nous voulons être un partenaire commercial équitable, ce qui implique d’examiner les salaires de manière plus approfondie. Fair Trade n’est qu’une première étape. Nous sommes convaincus qu’en tant qu’acteur de l’industrie, nous pouvons initier le changement et montrer ce qui peut être fait pour garantir l’équité des salaires sur l’ensemble de la chaîne de valeur. Nous n’avons pas toutes les réponses. Le chemin sera long et difficile et les inconnues sont nombreuses, mais nous nous réjouissons de passer à la prochaine grande étape.